Accueil du siteLa vie de nos associations
Dernière mise à jour :
jeudi 13 septembre 2018
Statistiques éditoriales :
159 Articles
Aucune brève
9 Sites Web
17 Auteurs

Statistiques des visites :
300 aujourd'hui
1559 hier
2220213 depuis le début
     
Sur le Web
Fédération Française de Généalogie
La Fédération Française de Généalogie regroupe actuellement plus de 150 associations ayant les mêmes objectifs : favoriser et aider chacun à effectuer des recherches généalogiques.
Les photographes de St-Etienne et du sud de la Loire
Conférence de Georges PITIOT le 12.10.2017 à St-Etienne
lundi 30 octobre 2017
par FORAISON Christiane
popularité : 1%


Le 12 octobre, Georges PITIOT a fait une conférence très intéressante sur les photographes de St-Etienne et du sud de la Loire.


De nombreux adhérents ou personnes attirés par le sujet sont venus pour l’écouter.

Nicéphore NIEPCE a été à l’origine de l’invention de la photographie en 1826. Le procédé a ensuite été amélioré par Louis DAGUERRE.

Vers 1850 ou 1860, quelques photographes sont apparus à St-Etienne. La 1ère photo de St-Etienne semble avoir été prise vers 1860.

Qui sont les photographes ?

  • Nous tous : photographes amateurs, parmi les plus connus, Johannès MERLAT, photographe amateur puis éditeur de cartes postales, Georges MAISSE qui a eu le prix Ilford en 1997.
  • Les associations : l’ « Amicale des photographes » créée en 1909 qui organise entre autre des banquets pour ses adhérents. Puis un très grand nombre d’associations ont vu le jour.
  • Les photographes professionnels.
  • Ceux qui vivent de la photo : vendeurs, laboratoires, réparateurs etc…

Les recherches généalogiques

Les photos ont un rôle important dans les recherches et peuvent être un point de départ. Les photos-cartes avec le nom et l’adresse du photographe au verso ont été à l’origine de cette étude. De nombreuses sources sont aussi à la disposition pour les recherches : les annuaires dans lesquels les photographes sont présents dans la rubrique professionnelle à partir de 1876, les recensements, les listes électorales, les registres matricules du recrutement militaire, les actes d’état civil, les actes notariés, les tables de successions, les revues et livres, la presse ancienne et récente, les bases de données des associations (Généanet, Généabank). Il existe aussi d’autres sources comme les particuliers, les chercheurs, des sites marchands… (photo-carte.com entre autres). Et enfin le bouche à oreille !

Evolution de la photographie à St-Etienne

Caricature de Chéri-Rousseau par Etienne Carjat

François ROUSSEAU (1826-1908) devenu « CHÉRI-ROUSSEAU » s’est installé à St-Etienne vers 1855. Il a eu de nombreux élèves dont Marius MARNAS.

Il est à l’origine de nombreuses photos, cartes postales. Il y a un riche patrimoine avec des magasins dans toute la France dont celui de St-Etienne. Il travaille avec BELLOTTI. Son fils Gaston (1856-1927) lui succèdera. A noter qu’un inventaire après le décès de son épouse Marie LABRY en 1869 est dressé. Il décrit précisément les biens possédés avec tout le matériel du photographe. En 1924, Mr ROYET « Photo Palette » 3 rue Georges Tessier crée la revue « Art et photo ». Il meurt assassiné dans son magasin le 25/01/1946.







Le plus ancien magasin se situe au 27 rue de la République de Raphaël ROYER en 1883 jusqu’à Patrick FOREST encore en activité.

D’autres se succèdent au 8 Passage Ste-Catherine.

Le studio GUY a connu la plus longue période d’activité avec trois générations.

Ce métier n’était pas réservé aux hommes. En 1886, une femme, Marie MARCHET, était photographe à St-Etienne. Les femmes avaient souvent un rôle très important dans le commerce, elles prenaient le relais de leur mari après son décès : Mme ALLEMAND, ROULE….

Les photographes de St-Etienne arrivaient de toute l’Europe et aussi de la Haute-Loire. Ils se sont installés principalement dans le centre-ville (photos d’identité pour les papiers administratifs) et aussi Rue du 11 Novembre où la présence de la caserne demandait aussi des photos.

Le syndicat des photographes de la Loire et Haute-Loire est l’un des plus anciens, le 2ème créé après celui de Paris. Des réunions professionnelles suivies d’un banquet festif sont organisées régulièrement avec évidemment des photos-souvenirs !

La photographie permet un travail de mémoire et aussi la datation de certains évènements familiaux ou locaux.

A la fin de sa conférence, Georges PITIOT a volontiers accepté de répondre aux questions. Les participants ont pu regarder les panneaux exposés ainsi que les livres et documents apportés.

Madeleine RONDEL avait aussi apporté les panneaux de l’exposition des photographes de Montbrison qui avait eu lieu antérieurement.


Ses anciens collègues et amis, venus pour assister à sa conférence, ont posé pour une …. photo souvenir devant une photo souvenir !