Accueil du siteLa vie de nos associations
Dernière mise à jour :
jeudi 13 septembre 2018
Statistiques éditoriales :
159 Articles
Aucune brève
9 Sites Web
17 Auteurs

Statistiques des visites :
796 aujourd'hui
1559 hier
2220709 depuis le début
     
Sur le Web
Fédération Française de Généalogie
La Fédération Française de Généalogie regroupe actuellement plus de 150 associations ayant les mêmes objectifs : favoriser et aider chacun à effectuer des recherches généalogiques.
LES PUITS DU FOREZ
Conférence de Pierre DREVET Le 08 mars 2018 à St-Etienne
jeudi 19 avril 2018
par FORAISON Christiane
popularité : 1%


De taille modeste, les puits appartiennent au petit patrimoine bâti utilitaire. Parsemés dans la campagne ou blottis dans les villes, ils sont particulièrement présents dans notre pays de Forez. Même si beaucoup ont disparu, un grand nombre de ces ouvrages est encore visible aujourd’hui.

Pierre DREVET, membre de l’équipe de Village de Forez (Centre social de Montbrison), a parcouru la campagne à leur recherche et a proposé lors de sa conférence de partir à leur découverte. Chacun de ces puits situés dans la plaine du Forez et ses environs, a sa propre histoire que l’auteur évoque dans un livret de 100 pages abondamment illustré (300 photos)


L’objectif de cette recherche n’est pas de dresser un inventaire des puits du département de la Loire mais d’attirer l’attention sur la variété et la richesse de ce petit patrimoine méconnu et souvent délaissé. Il est bon également de rappeler que la préservation de nos richesses naturelles peut passer par la sauvegarde de ces ouvrages modestes qui, au fil du temps, ont conservé tout leur charme.

Une exposition aura lieu du 08 au 12.11.2018 à la médiathèque de Montbrison sur le thème de l’eau où les puits seront présents

Dans le Forez, actuellement, on peut encore trouver environ 6 000 puits. La plupart sont privés, d’autres sont communaux ou publics.

Souvent ces petites constructions sont parfois abandonnées ou abîmées mais elles sont parfois restaurées avec réussite par des bénévoles, des associations ou des mairies.

Dans les villes, les puits sont plus difficiles à trouver, cachés dans des cours ou dissimulés dans les caves.

Ces édifices, évoquent la vie quotidienne d’autrefois, et témoignent des activités domestiques durant de nombreux siècles.

L’eau est indispensable à la vie. Autrefois il convenait de posséder un puits car il fallait de l’eau en permanence pour l’approvisionnement en eau potable, pour l’usage domestique, les jardins, les cultures, l’abreuvage des animaux ou pour lutter contre les incendies. D’où la nécessité de la conservation et de la réserve dans une seule construction.

D’autre part, dans chaque hameau, près des habitations, on trouvait généralement un puits, une fontaine, un lavoir ou un « bachat » situé dans l’espace public.

Après la guerre, l’adduction d’eau a entraîné peu à peu l’abandon des puits.

Il existe des formes et des architectures de puits, très variées dans le Forez qui sont dues aux matériaux (granit, basalte, grès houiller, galets de rivières, briques…) mais également au savoir-faire des artisans de notre région.

Les différents puits

Les puits casquettes

Ce sont les plus fréquents (environ 40 %). Ils sont surmontés d’une petite charpente recouverte souvent de tuiles rondes mais ils ont parfois changé d’aspect à cause des restaurations. On en trouve une très grande quantité dans la plaine du Forez.

Les puits obus

En forme d’ogives, ils sont parfois encore surmontés d’une croix (environ 12 %).
Les puits ouverts


Ce sont souvent les plus anciens. La margelle est parfois monolithe. Un petite couverture protège le treuil et la ferronnerie mais pas toujours. Les pompes viennent toutes d’Autun.
Les puits cages

Les puits en talus


Eux aussi sont probablement très anciens.
Les puits de formes diverses

Dans un puits à Sainte-Agathe-le Bouteresse a été trouvée la statue de Saint Genest qui protégeait l’eau :


La recherche de l’eau

Les sourciers ont un rôle décisif avant la construction de la maison. La variation du champ magnétique crée une vibration. Le sourcier a souvent un don qui peut se travailler, se développer mais qui ne se transmet pas. Il observe le terrain (végétation, pente, orientation…) et l’arpente avec une baguette ou un pendule.

Le creusement et la construction d’un puits


C’est un travail particulièrement dangereux et éreintant. Les ouvriers travaillent une heure puis se reposent. La menace d’éboulement est grande lorsqu’ils arrivent à la nappe phréatique. En présence de l’eau, ils doivent arrêter leur travail de creusement au bon moment. Puis ils procèdent à la construction de la maçonnerie.

Les ustensiles de puisage et de transport de l’eau



La conférence, claire, bien structurée, a été agrémentée par de nombreuses photos notamment avec quelques puits remarquables du pays du Jarez pour compléter cette présentation.